Petit manuel d’harmonie à l’usage des débutants pressés

Ce petit manuel risque fort de faire hurler les puristes, mais il n’a d’autre ambition que de permettre aux apprentis de prendre et donner du plaisir avec une guitare, en évitant quelques longues années d’étude.

Si d’aventure, on peut se battre sur des mots, des appellations, l’intégralité de ce manuel fonctionne parfaitement.

Commençons par les notions de bases, qui sont à apprendre absolument par cœur et doivent devenir réflexes, sous peine de fausser tous vos calculs.

L’unité de hauteur de base dans la musique occidentale est le TON, divisible en deux DEMI-TONS
(la musique indienne permet d’aller jusqu’au QUART DE TON).
Une case sur le manche de votre guitare équivaut à un demi-ton.

Le dièse (#) monte la note d’un demi-ton.
Le bémol (b) descend la note d’un demi-ton.

Si vous regardez le schéma de la gamme ci-dessous, vous vous apercevrez que le fait de « diéser » une note naturelle (ex: DO) équivaut au fait de « bémoliser » la note naturelle immédiatement supérieure.
Par exemple : DO# = REb, SOL# = LAb
En fait, en physique, ce n’est pas tout-à-fait vrai, mais ça fonctionne sans problème sur votre guitare.

LES GAMMES

Nous allons travailler avec deux types de gammes : la gamme diatonique (qui peut être majeure ou mineure) et la gamme chromatique.

La gamme diatonique comporte des intervalles définis entre chaque notes successives, compris entre 1/2 ton et 1 ton. C’est la succession de ces différents intervalles qui détermine le mode majeur ou mineur de la gamme.
Ex: DO-RE-MI-FA-SOL etc ou DO-RE-MIb-FA-SOL etc.

Nous utiliserons la gamme Majeure comme référence, et particulièrement celle de DO Majeur.
Sur un piano, ce sont toutes les touches blanches.
La gamme chromatique comporte toutes les notes de la gamme, demi-ton par demi-ton.
Ex : DO-DO#-RE-RE#-MI-FA-FA# etc.
Sur un piano, ce sont toutes les touches, blanches et noires.

Voici le schéma de la gamme majeure, avec ses intervalles

gamme-diatonique-majeure

Vous constatez qu’il y a un ton entre chaque note, SAUF entre MI et FA, et entre SI et DO.
Parallèlement à ces écarts définis et immuables entre les notes, on doit absolument avoir en tête cette succession d’intervalles (2 tons-1/2 ton-3 tons-1/2 ton) et se rappeler que, quelle que soit la gamme dans laquelle on est, il y a toujours un demi-ton entre MI et FA, et entre SI et DO.

Il y a autant de gammes qu’il y a de notes dans la gamme, chaque note pouvant devenir à son tour la fondamentale.

LES NOTES

Les notes de la gamme portent un nom par rapport à leur hauteur ou fréquence (nombre de vibrations de l’air en 1 seconde), mesurable en Hertz (Hz).
Par exemple, le LA « à vide » est à 110 Hz, celui de la corde de SOL 2° case est à 220 Hz, celui de la corde de MI aigu 5° case est 440 Hz (vous constatez que chaque octave double la fréquence précédente).
Ce nom par rapport à la hauteur est celui que tout le monde connaît : DO, RE, MI, etc.
Sur un piano, il n’y a qu’une touche par note et par fréquence, alors que sur les instruments à cordes, on retrouve des correspondances, de corde à corde.
Ainsi, sur votre guitare, il y a environ quatre façons de faire la même note, à la même fréquence.
On retrouve la même note 5 cases plus loin sur la corde immédiatement supérieure, 10 cases sur la corde encore au-dessus, etc.
Il y a une exception pour la corde de SI à vide (« à vide » signifiant une corde sonnant librement, sans doigts sur le manche, dans aucune case) dont on retrouve l’équivalent à la 4° case de la corde de SOL.
Ce décalage se retrouvera bien sûr plus loin sur le manche.
Par exemple : corde de SI 3°case = corde de SOL 7° case, etc.

POUR LES CURIEUX

Il se trouve que le LA(3) 440 Hz est la fréquence de la tonalité de prise de ligne de votre téléphone fixe. Vous disposez donc d’un diapason gratuit pour accorder votre corde de LA (qui en réalité est à 110 Hz, à deux octaves en dessous).

Corde de MI grave = 82,41 Hz
Corde de LA = 110 Hz (C’est le LA(1))
Corde de RE = 146,83 Hz
Corde de SOL = 196 Hz
Corde de SI = 246,94 Hz
Corde de MI aigu = 329,63 Hz

Vous trouverez un tableau des fréquences correspondant aux notes à la fin de ce petit manuel.

Les noms de notes employés en France ont été proposés par Gui, moine de l'Abbaye de Pomposa, né à Arezzo en Toscane, vers la fin du Xe siècle ; ce sont les premières syllabes des demi-vers d'un psaume à Saint Jean-Baptiste que l'on chante précisément sur les notes correspondantes de la gamme.

UT queant laxis
REsonare fibris
MIra gestorum
FAmuli tuorum
SOLve polluti
LAbii reatum
Sancte Iohannes

Le UT, trop sourd (difficile à chanter dans les exercices de solfège) a été remplacé au XVIIIe siècle par DO, forgé au hasard.
Le mot SI (initiales de Saint Jean, Sancte Iohannes) est attribué au compositeur français Le Maire.

En Allemagne et en Angleterre, les notes sont désignées par des lettres : 
 A pour la, B pour si, C pour do, D pour ré, E pour mi, F pour fa et G pour sol.

Les notes portent aussi un nom par rapport à leur place dans la gamme.
C’est ce qu’on appelle les degrés. Ils se situent sur une échelle de demi-ton en demi-ton.
Il est important de les connaître par cœur et dans l’ordre, car c’est avec eux qu’on va construire les accords :

  1. Fondamentale
  2. Seconde mineure
  3. Seconde majeure
  4. Tierce mineure
  5. Tierce majeure
  6. Quarte
  7. Quinte diminuée
  8. Quinte
  9. Quinte augmentée
  10. Sixième
  11. Septième mineure
  12. Septième majeure
  13. Octave
  14. Neuvième diminuée
  15. Neuvième
  16. Neuvième augmentée

Le reste ne vous servira pas avant un bon bout de temps

QU’EST-CE QU’UN ACCORD ?

C’est un ensemble d’au moins trois notes de degrés différents.
On ne peut pas nommer précisément un accord de moins de trois notes, puisqu’il faut au moins deux intervalles pour que ce soit un système organisé. C’est un peu comme pour la démocratie, il faut être au moins trois pour qu’une majorité se dégage.

Il y a deux types d’accords :

  1. l’accord parfait, uniquement composé de ces trois degrés de base (quel que soit leur nombre et leur ordre)
  2. l’accord enrichi, qui n’est en fait qu’un accord parfait auquel on a ajouté un ou plusieurs degrés (qui deviennent alors des « enrichissements ») différents de ces trois degrés de base.

COMMENT FABRIQUER UN ACCORD PARFAIT ?

Il est absolument nécessaire de connaître l’échelle des degrés et les intervalles de base entre les notes.

  • Référez vous toujours au tableau de la gamme diatonique majeure de DO.
  • On travaille toujours dans la gamme de l’accord qu’on cherche, la fondamentale étant donc la note        correspondante (ex : accord de RE, gamme de RE, fondamentale RE).
  • En se référant à la gamme de DO, on va faire de la transposition. Pour cela, imaginez que vous avez écrit le schéma des intervalles sur une feuille de papier calque et que vous allez le déplacer sous la gamme de DO, en plaçant sa première note sous la note que vous aurez choisie comme fondamentale.

Le premier degré dont nous avons besoin est la FONDAMENTALE ou TONIQUE.
C’est la note qui donne son nom à l’accord, le premier degré de l’échelle, la première note de la gamme et la note de la tonalité
Par exemple :     DO Majeur = Fondamentale DO = Gamme de DO = Tonalité de DO
RE Majeur = Fondamentale RE = Gamme de RE = Tonalité de RE


Le deuxième degré nécessaire est la TIERCE (majeure ou mineure)
Attention : c’est la tierce et uniquement elle qui détermine le mode de l’accord.
Si la tierce est mineure, l’accord sera mineur.
Si la tierce est majeure, l’accord sera majeur.
Important : on ne peut pas faire cohabiter une tierce majeure et une tierce mineure dans le même accord, sauf s’il y a un octave entre les deux. Dans ce cas, la plus haute devient un enrichissement.


Le troisième degré nécessaire est la QUINTE

RACCOURCI

ACCORD MAJEUR

La TIERCE MAJEURE est à 2 tons au dessus de la FONDAMENTALE
La QUINTE est à 1 ton et demi au-dessus de la TIERCE MAJEURE
Donc, la QUINTE est à 3 tons et demi au-dessus de la FONDAMENTALE
Le schéma est donc 2 tons – 1 ton 1/2
Ex : DOM = DO   MI   SOL    ou    SOLM = SOL   SI   RE

majeur

ACCORD MINEUR

La TIERCE MINEURE est à 1 ton et demi au dessus de la FONDAMENTALE
La QUINTE est à 2 tons demi au-dessus de la TIERCE MINEURE
Donc, la QUINTE est à 3 tons et demi au-dessus de la FONDAMENTALE
Le schéma est donc 1 ton 1/2 – 2 tons
Ex : DOm = DO   RE#   SOL    ou    SOLm = SOL   LA#   RE

mineur

CONCLUSION

L’écart entre la FONDAMENTALE et la QUINTE est toujours le même (3 tons et demi).
C’est uniquement la TIERCE qui bouge entre les deux et qui inverse donc les intervalles.

Il n’est pas nécessaire de connaître la gamme mineure par cœur, puisqu’il suffit de changer une seule note de la gamme majeure (la tierce). En réalité, ce n’est pas vrai, mais ça fonctionne parfaitement pour la GSPDT (Guitare Sans Prise De Tête).

COMMENT FABRIQUER UN ACCORD « ENRICHI » ?

Rien de plus simple! Il suffit de prendre le degré d’enrichissement voulu (sus4, 5° diminuée, 5° augmentée, 7°, 7° majeure, etc), c’est-à-dire une ou plusieurs notes autres que nos trois notes de base et de les ajouter à l’accord parfait.
L’accord enrichi est donc un accord à quatre notes minimum.

Attention : un accord de 7° s’obtient en ajoutant la 7° mineure. Une 7° majeure donnerait un accord de 7° majeure.
Il ne faut donc pas confondre DOM 7 et DO 7M. Le mot majeur ou mineur se rapporte toujours à ce qui le précède immédiatement.
Dans le premier cas, c’est le mode de l’accord qui est majeur.

Dans le deuxième cas, c’est l’enrichissement, le degré.
En ce qui concerne cette appellation commune trompeuse (majeur/mineur), le seul point commun entre le mode et les degrés se situe à la tierce.

Une fois que vous avez bien compris ce paragraphe, suivez doucement le processus décrit ci-dessous dans les exercices et essayez de l’appliquer systématiquement. Tout ça doit devenir un réflexe et ça devient alors vraiment enfantin.

EXERCICES THEORIQUES

On cherche l’accord de SOL Majeur

Processus :

  1. Nous sommes dans la gamme de SOL
  2. La fondamentale est SOL
  3. Nous allons chercher la tierce MAJEURE puisque l’accord désiré est Majeur.
  4. Nous savons que la tierce majeure est à 2 tons au-dessus de la fondamentale
    Donc : SOL + 2 tons = SI
  5. Nous savons que la quinte est à 1 ton 1/2 au-dessus de la tierce majeure (ou encore à 3 tons 1/2 au-dessus de la fondamentale.)
    Donc : SI + 1 ton 1/2 = RE    ou    SOL + 3 tons 1/2 = RE

Le SOL Majeur est donc composé de et uniquement de SOL, de SI et de RE, le nombre de ces notes et leur ordre n’ayant pas d’importance.

Sur la guitare, l’accord de base que tout le monde connaît est ainsi constitué :
SOL / SI / RE / SOL / SI / RE

MISE EN PRATIQUE SUR LA GUITARE

Rappelez-vous que :

  • 1 case = 1/2 ton
  • L’accordage de la guitare est MI / LA / RE / SOL / SI / MI, de la plus grave à la plus aigue, chacune des notes grattée à vide donnant évidemment la note correspondante.
  • Le nombre de chacune des trois notes de base et leur ordre n’a d’importance que dans la « couleur » que vous voulez donner à votre accord. Chaque renversement (position alternative du même accord) sonnera différemment, grâce au mélange particulier à chaque fois, tout en restant fidèle à l’accord de base. Comme un peintre, vous faites votre propre mélange. Vous êtes de toute façon limité à 6 cordes, donc à 6 notes simultanées.
  • Vous pouvez avoir 2 fondamentales / 2 tierces / 2 quintes, dans n’importe quel ordre.
    Vous pouvez avoir 3 fondamentales / 1 tierce / 2 quintes, dans n’importe quel ordre.
    Vous pouvez avoir 1 fondamentale / 3 tierces / 1 quinte, dans n’importe quel ordre.
    Vous pouvez aussi, dans de rares cas, n’avoir aucune tierce. L’accord sera dit « modal », parce qu’on ne pourra pas déterminer s’il est majeur ou mineur, et il sera donc utilisable à la place de l’un ou de l’autre.

Une fois que vous avez trouvé vos trois notes de base :

Sur chaque corde, en progressant vers la caisse, de case en case, cherchez chacune de ces trois notes. Vous en trouverez entre trois et quatre.

Notez les sur une grille comme sur celle ci-dessous (modèle à la fin de ce manuel, ici sur la page web ou page 9 sur le doc PDF).

N’oubliez pas que la note donnée par la corde de MI à vide par exemple est un MI, et ainsi de suite… Vous n’imaginez pas le nombre d’élèves que je vois commencer leur recherche par un DO, quelle que soit la corde!

Faites cela sur les six cordes.

image1

Exemple : Do Majeur (Do/Mi/Sol)

Ensuite, regardez votre manche de façon globale.
Vous allez voir des « paquets » de croix ou de ronds.

Isolez ces paquets sur 3 ou 4 cases en faisant en sorte que les 6 cordes soient concernées sans oublier les possibles cordes à vide.
Rappelez vous qu’au-delà de quatre cases, c’est presque injouable.

Si vous voyez 3 ronds sur la même case, c’est immanquablement un barré. Il faudra donc que les ronds qui étaient situés à gauche du barré soient récupérés à droite, vers la caisse.

COMMENT TROUVER LE NOM D’UN ACCORD ?

  1. Cherchez d’abord de quelles notes il est composé.
    Par exemple : MI / SI / MI / SOL# / RE / MI
  2. Organisez ces notes dans l’ordre de la gamme : MI / SOL# / SI / RE
  3. Première indication : 4 notes = accord enrichi puisqu’un accord parfait n’a besoin que de 3 notes différentes.
  4. Cherchez les intervalles entre les notes.
    Dans la plupart des cas, vous trouverez un intervalle de 2 tons + un intervalle de 1 ton 1/2 + un autre intervalle variable.
  5. Réorganisez les notes, chacune devant à son tour la fondamentale, jusqu’à ce que les deux premiers intervalles soient de 2 tons et 1 ton 1/2.
    – Si l’intervalle de 1 ton 1/2 est avant l’intervalle de 2 tons, il s’agit d’un accord mineur (comme vu précédemment)
    – Si l’intervalle de 2 tons est avant l’intervalle de 1 ton 1/2, il s’agit d’un accord Majeur.
  6. Vous aurez trouvé finalement la fondamentale, la tierce qui vous aura donné le mode majeur ou mineur, et la quinte.
  7. Il ne vous reste plus qu’à regarder l’intervalle qui sépare la quinte de l’éventuel enrichissement.
    – Dans notre exemple, il y a 1 ton 1/2 entre le SI et le RE (RE aurait pu être la tierce mineure d’un accord de SI mineur, mais on aurait alors eu un intervalle suivant de 2 tons, ce qui n’était pas le cas).
    – Dans l’échelle des degrés, la quinte + 1 ton 1/2 = 7° mineure.

Autre façon de calculer

Si la fondamentale est SI.

  • RE est la tierce mineure.
  • MI est la quarte (sus4).
  • SOL# est la 7° mineure.

Résultat : ce pourrait être un Sim 4/7, mais il manque la quinte : trop compliqué et incomplet pour être valable.

Si la fondamentale est RE.

  • MI est la seconde majeure (???) ou la 9°.
  • SOL# est la quinte diminuée(5– ou 5dim).
  • SI est la 6°.

Résultat : pas de tierce, donc pas de mode et pas de quinte. Deux notes sur trois manquantes…

Très improbable.

Si la fondamentale est SOL#.

  • SI est la tierce mineure.
  • RE est la quinte diminuée (5– ou 5dim).
  • MI est la quinte augmentée (5+ ou  5aug).

Résultat : ce pourrait être un SOL#m, mais c’est le grand n’importe quoi pour les quintes.

Si la fondamentale est MI.

  • SOL# est la tierce majeure
  • SI est la quinte
  • RE est la 7° mineure

Résultat : une fondamentale, une tierce majeure, une quinte, une 7° mineure… Une évidence.

Il s’agit donc d’un accord de MI Majeur Septième (MIM 7 ou MI7)

Attention : la quarte peut vous poser un problème, étant située entre les tierces et la quinte.
Elle peut se révéler grâce à un intervalle de seulement 1 ton (avec une tierce mineure) ou même 1/2 ton (avec une tierce majeure). Dans un accord de sus4, la tierce majeure, trop proche et donc dissonante, est absente. Un accord de Dosus4 (Do4) donnera donc Do/Fa/Sol et pas Do/Mi/Fa/Sol.

Résumé : des intervalles successifs de 2 tons 1/2 -1 ton indiquent un accord de quarte suspendue.

Comment choisir ses accords ?

choisir_ses_accords

  1. On peut bien sûr n’utiliser qu’un seul accord dans une pièce musicale (dans certaines musiques ethniques, africaines et indiennes entre autres).
  2. La combinaison suivante la plus simple est évidemment constituée de deux accords, dont systématiquement celui correspondant à la tonalité. Très généralement, il sera accompagné de la Quinte.
  3. Pour trois accords, ce sera très souvent la Quinte et la Quarte.
  4. Puis nous ajoutons les relatifs mineurs de ces trois accords majeurs (enlevez un ton et demi à l’accord majeur et utilisez la tierce mineure dans le nouvel accord obtenu. Par ex. DOM / Lam, SOLM / MIm, REM / Sim, etc)
  5. L’accord de tierce majeure sert très souvent de transition, pour adoucir le passage descendant de l’accord de la tonalité vers son relatif mineur (ou inversement). Ex : DOM / MIM / LAm   ou   LAm / MIM / DOM.
  6. L’accord de neuvième (9°) sert très souvent de transition, pour adoucir le passage montant de l’accord de la tonalité vers l’accord de quinte (ou inversement). Ex : DOM / REM / SOLM   ou   SOLM / REM / DOM

En lisant ce tableau de gauche à droite, vous aurez à votre disposition, dans un ordre croissant, les accords courants disponibles dans la tonalité que vous aurez préalablement choisie. Il regroupe les combinaisons les plus utilisées dans la musique occidentale et couvrira la très grande majorité de vos besoins, du moins tant que vous ne vous intéressez pas à la musique dite contemporaine ou à certaines formes de jazz.
Peu de compositions utilisent cette palette de huit accords, la plupart n’en nécessitant que de trois à cinq.

Le tableau met en valeur le mode majeur, mais il est aussi valable pour le mode mineur.

Cherchez dans la colonne « Relatif mineur de la Fond. » l’accord mineur désiré et vous pourrez utiliser tous les accords se trouvant sur la même ligne horizontale.
Par exemple, pour jouer en La min, vous utiliserez en fait tous les accords de la tonalité de DO Maj.

Vous pouvez aussi y ajouter vos propres couleurs, en intégrant les enrichissements courants (6°, 7°, 7° Maj, sus4), sauf pour l’accord de la tonalité qu’il sera presque toujours préférable de laisser naturel (à l’exception du blues, du jazz et de la musique brésilienne).

Pour finir, dans la mesure où vous démarrez votre phrase musicale par l’accord de tonalité et que vous la terminez (ce qu’on appelle la résolution de la phrase) de la même façon ou par l’accord de quinte, vous pouvez utiliser ces suites d’accords dans n’importe quel ordre, voire en répéter plusieurs. Les choisir au hasard fonctionnerait aussi parfaitement et serait une alternative à la composition intellectuellement construite, mais je ne suis pas sûr que Bach ou Mozart aient utilisé cette méthode. Disons plutôt que chance et génie n’ont pas grand-chose à voir.

Comment choisir le mode Majeur ou le mode mineur ?

D’une manière générale, l’accord Majeur est très ouvert, avec un son large qui donne une impression de gaîté.

L’accord mineur est plus fermé, plus « triste », propice à l’expression de la nostalgie et donne l’impression de descendre une marche s’il est joué juste après un accord majeur.

Attention de ne pas tomber dans l’erreur suivante : dans une tonalité donnée, l’accord mineur correspondant à un accord majeur est son relatif mineur (voir plus haut) et absolument pas l’accord majeur simplement transformé en mode mineur, sous peine de monter la tonalité initiale d’un ton et demi !

Tableau de transposition

transposition

Télécharger ici le tableau des transpositions en pdf et le manche de guitare détaillé case par case

Manches de guitare vierges à imprimer

manches-guitares-vierges

Téléchargez ici les manches de guitare vierges en pdf

LARGEUR DE SPECTRE PAR INSTRUMENT / CORRESPONDANCE FREQUENCE  –  NOTE

image3